Archive for mai, 2011

L’histoire sans fin

samedi, mai 21st, 2011

     En 1984 est sorti le film « l’histoire sans fin » de Wolgang Petersen. Moi, je l’ai vu en 1986 en classe, j’étais au c.p à Amiens. Ce film a été un choc pour moi, il a fait naitre ma passion des histoires en particulier de l’imaginaire. Le film est une adaptation du roman de Michael Ende, je l’ai lu en 1992 après emprunt à la bibliothèque. « Comme il est d’usage » le film est plus connu que le roman, je vais tacher de vous donner envie de lire le livre.

    Bastien, garçon de 10 ans ayant perdu sa mère, pourchassé par des brutes, se réfugie dans la librairie de Karl Konrad Koreander. Bastien y vole le livre « l’histoire sans fin », un ouvrage très particulier selon M. Koreander. Notre héros arrive à l’école en retard et se réfugie dans le grenier. Il commence à lire l’histoire sans fin qui conte les aventures d’Atreju qui doit sauver la petite impératrice du pays fantastique atteinte d’un mal mystérieux. Atréju, bien qu’il ne le sache pas, vit ses aventures afin d’amener Bastien dans le pays fantastique pour qu’il donne un nouveau nom à l’impératrice. Jusqu’ici l’histoire du roman est suivie par celle du film mais celui-ci se finit avec Bastien qui revient dans notre monde avec Fulchur le dragon de fortune afin de se venger des brutes. Dans le roman l’histoire se poursuit avec Bastien au pays fantastique, après avoir sauvé l’impératrice, jusqu’à son retour sur terre. Lune de mes scènes préférées dans cette partie est l’histoire de Graograman la mort multicolore. Bastien apparait à Pelerin le boit de la nuit et après y avoir sommeillé, il est réveillé par l’apparition de Goab le désert des couleurs. Ensuite il rencontre Graograman un lion de feu qui brule tout, Bastien est protégé par l’Auryn insigne de l’impératrice. Ils sympathisent tout de suite et passent la journée ensemble. Mais au crépuscule Graograman meurt et Pelerin renaît, laissant Bastien seul jusqu’au petit jour.

     Ce récit est avant tout un voyage initiatique, celui de Bastien. Il commence en suivant la quête d’Atreju, qui est elle-même un voyage initiatique, et se poursuit avec les aventures de Bastien au pays fantastique. Ce voyage fait évoluer Bastien d’un état de désespoir au début du récit à un Bastien plus mûre, qui s’accepte et qui retrouve sa relation avec son père. L’un des autres thèmes est la perte de l’imagination dans notre monde. L’impératrice est malade car les humains ne rêvent plus. Atreju dit à Bastien: « Mais tu dois le faire. s’écria Atreju, plein d’effroi. Tu dois rentrer et tenter de remettre de l’ordre dans ton monde, afin que les hommes recommencent à venir chez nous, au pays fantastique. Sinon, le pays fantastique ira de nouveau à sa perte, tôt ou tard, et tout aura été vain ! » Le récit parle aussi du danger de se perdre en s’immergeant trop dans l’imagination. Bastien réalise tous ses souhaits, ses désirs mais en contrepartie il perd une part de ses souvenirs. Notre héros ne pourra revenir que grâce à la mine aux images qui lui permettra de se retrouver en extrayant souvenirs après souvenirs. C’est aussi une ode à la lecture avec Bastien grand lecteur qui trouve le même plaisir que nous de se plonger dans une histoire. Puis un récit qui ne connaît pas de fin est le fantasme de tous les lecteurs.

     Le film est bon mais le roman est bien meilleur. Le livre n’a pas mal vieilli contrairement au dont les effets spéciaux sont obsolètes. C’est aussi une magnifique ode à l’imagination et un rappel de l’importance de rêver au risque de paraitre pour un hurluberlu.